Didgeridoo

Fabrication et vente de didgeridoo en bois.


Installé dans le Gard, en Occitanie, je réalise mes didgeridoos à partir de bois mort récoltés au sol, près de rivières et rigoureusement sélectionnés. Mes instruments de musique sont créés en utilisant une technique moderne, consistant à couper la branche en deux dans la longueur et en évidant les deux moitiés de manière identique avant de les coller et d’apposer une embouchure . Ce procédé offre beaucoup de possibilités et de contrôle sur le rendu souhaité. Chaque instrument est unique, selon la branche et son histoire, le bois a une densité propre et un aspect travaillé par le temps et la nature.
Mes didgeridoos sont français et créés dans une démarche écoresponsable avec des bois locaux.

Didgeridoos en vente

Didgeridoos en Fa

Le Tempéra - Fa - 400€

Didgeridoos en Mi

Le Trad - Mi - 350€

Didgeridoos en Ré

Le Martyre - Ré - 400€
Le Tonos - Ré# - 450€

Didgeridoos en Do

Le Chaus - Do - 600€

Didgeridoos en La

Le Kundalini - La - 700€
La Bête - La# - 700€

Pour commander votre didgeridoo, un simple essai ou une question, contactez moi !

Je vous accueille sur rendez-vous pour acheter votre didgeridoo

Plus qu’un accueil, un moment d’échange, de conseil dans le choix de votre instrument de musique. Je dispose de didgeridoos pour débutants ou joueurs plus expérimentés, vous trouverez forcément votre bonheur dans Le Bois Chantant !

Apprendre le didgeridoo

Je propose aussi des cours d’initiation, de découverte de l’instrument, démonstrations.

Rénovation de didgeridoo

Un instrument en mauvais état, abimé par le temps ? Contactez-moi pour une rénovation.

 

Le didgeridoo est un instrument de musique à vent très ancien qui aurait plus de 20 000 ans, il est aussi appelé yidaki ou mago.
Traditionnellement joué par les aborigènes en Australie lors de cérémonies, les didgeridoos du territoire nord australien sont des didgeridoos en eucalyptus termité ! Et oui, ce sont les termites qui évident le creux de l’eucalyptus et créent ainsi la « colonne d’air ». Les aborigènes savent par expérience en tapant sur l’arbre si celui-ci est bien creux et coupent alors le tronc à l’aide d’une machette. Une fois coupé, les termites sont retirées, le tronc est affiné et une embouchure en cire d’abeille est rajoutée. L’instrument est prêt pour la cérémonie, il sera brulé après.

  • Pour fabriquer un didgeridoo, tout commence par la récolte de la matière première… Lors de mes promenades au bord des fleuves et rivières ou en forêt, je sélectionne des branches ou troncs de bois mort.
  • Le bois est mis à sécher le temps nécessaire à sa stabilisation.
  • En fonction de la branche choisie (forme, longeur, caractéristiques…), j’étudie les possibilités de sa transformation en instrument et définis la note et le style de jeu souhaités. Chaque didgeridoo en bois est totalement unique.
  • Le bois est façonné (écorçage, mise en forme générale) puis coupé dans le sens de la longueur en deux parties.
  • L’étape suivante est l’évidage, qui consiste à creuser chaque moitié à l’identique selon les caractéristiques définies précédemment, afin de former la colonne d’air.
  • Les deux parties sont rassemblées par le collage. L’instrument en bois est alors accordé et une embouchure en bois est ajoutée.
  • La dernière étape, et non des moindres, consiste à mettre en valeur
    l’extérieur du didgeridoo, par un ponçage de plus en plus fin et l’application d’une finition (vernis, huile…).

Le didgeridoo est un instrument avec une seul note fondamentale généralement comprises entre le Sol grave et le Sol aigu.

Sur le tableau ci-dessous, on peut voir les différentes notes et fréquences de l’instrument.

La chaîne YouTube
Découvrir la boutique Etsy
Abonnez-vous sur les réseaux !

Photos, vidéos et bien plus encore !

Contact

Sébastien Mora - 06.12.91.63.19

55 Rue des Hirondelles
30130 Pont-Saint-Esprit

leboischantant@yahoo.com

    Ouvrir Google Map

    Je vous accueil à mon domicile sur rendez-vous pour récupérer, tester votre instrument.

     

    Le Bois Chantant est dans le Gard, limitrophe de l’Ardèche, la Drôme et le Vaucluse.

    15 min

    de la sortie
    d’autoroute (A7)
    de Bollène (sortie n°19)

    30 min

    de Orange (Vaucluse)

    1 heure

    de Nîmes (Gard),

    de Alès (Gard),

    de Avignon (Vaucluse),

    de Carpentras (Vaucluse),

    de Valence (Drôme),

    de Vallon-Pont-d’Arc (Ardèche)

    1 heure 1/2

    de Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône),

    de Marseille (Bouches-du-Rhône),

    de Montpellier (Hérault),

     

    2 heures

    de Grenoble (Isère),

    de Béziers (Hérault),

    de Toulon (Var),

    de Lyon (Rhône)

     

    Retour en haut